« Clans arabo-musulmans »

Europe-Israel Dimanche, 16 décembre 2018
Le livre choc sur les « Clans arabo-musulmans » : « Tout ce qui est en dehors de leurs clans est un butin », vol de voiture, trafic de drogue, trafic d’êtres humains, pornographie enfantine, trafic d’organes…
https://www.europe-israel.org/2018/12/le-livre-choc-sur-les-clans-arabo-musulmans-tout-ce-qui-est-en-dehors-de-leurs-clans-est-un-butin-vol-de-voiture-trafic-de-drogue-trafic-detres-humains-pornographie-en/

Ceci est un aperçu. Le nombre de pages affichées est limité. 
Cliquez ici :  https://www.amazon.fr/Arabische-Clans-Die-untersch%C3%A4tzte-Gefahr/dp/3430202558

Ralph Ghadban, âgé de 69 ans, est lui-même originaire du Liban. Au début des années soixante-dix, il obtient une bourse de doctorat en Allemagne. En théorie, en tant que chercheur sur les migrations et dans la pratique en tant qu’assistant social, l’état de droit est berné: par les clans arabes, leur culture tribale, leur structure familiale patriarcale et islamique. Et les autorités, en particulier les fanatiques multiculturels, tolèrent cette société parallèle. Qui le dit? Ghadban. Et non seulement il le soutient, mais il donne des études de cas.

Selon la loi islamique
Son argumentation est la suivante: La force des clans arabes criminels repose sur le système juridique islamique. Ce droit est avant tout un devoir de la communauté, et non celui des droits de l’homme individuels comme le nôtre. La loi sur le mariage, le mariage forcé, l’honneur de la famille, les mariages entre cousines et cousins et la distribution du patrimoine non seulement du père aux enfants, mais aussi horizontalement entre les frères et sœurs – tout contribue à renforcer le groupe.

Pour le droit islamique, la cohésion intérieure des fidèles, de la Oumma, de la tribu, du clan, de la famille élargie est plus importante que l’individu – et ceci dans une démarcation offensive vers l’extérieur: contre les autorités de l’État, contre le pouvoir judiciaire et la police, contre les ‘infidèles’; et en cas de doute, même contre ceux qui aident les réfugiés.

Parce que l’aide sociale musulmane ne vise que sa propre communauté religieuse, de nombreux réfugiés ne comprennent pas pourquoi des « étrangers » les aident dans ce pays. Les volontaires apprennent souvent qu’ils ne sont pas appréciés par les musulmans. Les assistants ne peuvent pas comprendre ce manque de respect caché ou cette indifférence – Ghadban explique: « En tant que musulmans, ils se voient comme quelque chose de mieux, cette arrogance innommable envers les Allemands se retrouve dans la plupart des gens. »

Parce que les activités des musulmans – la loi, la religion, l’éducation, la vie des femmes – sont dirigées vers l’intérieur de leur propre communauté, cette culture forme une société parallèle particulièrement fermée. Ses piliers sont les centres islamiques, surtout l’imam, avec l’école coranique, le conseil parental, l’assistance sociale, les loisirs.

Bazonlinein

Articles reliés
1.
Migrants, dealers, toxicomanes, vendeurs à la sauvette… Pierre Liscia (LR) dénonce l’abandon des quartiers du Nord-Est « le Conseil d’État condamne la Ville de Paris pour avoir laissé sombrer tout un quartier du XVIIIe arrondissement dans la délinquance et l’insalubrité »
2.
Boualem Sansal alerte sur l’islamisme: « des Européens sont entrés en soumission à l’Islam et veulent réviser la laïcité, et la démocratie… » (Vidéo)
3.
Migrants clandestins : Un magistrat de la lutte contre la fraude «1,8 million de numéros de sécurité sociale ont été attribués sur la base de faux documents. Soit 14 milliards de fraude » (Vidéo)
4.
Attentat de Strasbourg : Sami Chekatt, le frère Fiché S, fréquentait des djihadistes qui s’entraînaient pour le djihad dans un parc strasbourgeois. Son père était aussi Fiché S … une famille d’islamistes (Vidéo)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *